"J'aime la mode": voilà bien une phrase qu'on entend prononcée à bien des sauces. Je me suis interrogée sur le sens profond que ces mots peuvent prendre lorsqu'une copine, qui balance à tout va du "Moi, la mode? Suis fan fan fan", n'a rien compris à ce que j'entendais par "Qu'est-ce que j'aimerais vivre une Fashion Week à New York!". Je vous passe les détails mais oui, j'ai dû lui expliquer ce qu'étaient les Fashion Weeks! Hallucinant, non, pour quelqu'un qui dit adorer la mode?

Là, je me suis dit qu'il devait y avoir une gradation dans l'amour de la mode, plusieurs stades de fanatisme en quelque sorte. A la va-vite, j'en relève au-moins trois:

  1. Aimer s'habiller. Pas besoin d'être abonnés à toutes les éditions monde du ELLE, de pouvoir épeler Isabel Marant à l'envers, de suivre les Fashion Weeks du bureau, pour aimer s'habiller et avoir une garde-robe constituées avec beaucoup de goût.
  2. Aimer la mode. Englobant aimer s'habiller, aimer la mode sous-entend d'être curieux de ce qui se cache derrière nos vêtements. C'est trouver excitant de deviner les prochaines tendances, être secoué par l'annonce du départ de Carine Roitfeld et dire que Karl est un Dieu. Aimer la mode, c'est la vivre avec exaltation et parfois, avec déraison. C'est la catégorie à laquelle je dirais appartenir.
  3. Etre un technicien de la mode. Un technicien est un passionné, doté d'une mémoire d'éléphant. Il est à la mode ce que le Doctorant est à la Fac: un "scientifique" capable de disserter sur l'histoire des textiles, d'expliquer tout ce que Kris van Assche apporte à Dior Homme, de rédiger les yeux fermés le CV de Riccardo Tisci. Une discussion avec un technicien de la mode émerveille. J'ai eu la chance d'être émerveillée à deux reprises, notamment en écoutant la journaliste Véronique Gilon parler de lingerie. Un grand moment!

Que pensez-vous de ma classification? Vous reconnaissez-vous dans une de ces catégories?

Texte Texte West