J’ai découvert la jeune marque NIYONA au Showroom Belgium. Impossible de ne pas s’intéresser de plus près à ces sacs au fini parfait et au cuir à se damner. Interview de leur créatrice.

1. Nina, qui es-tu? Je suis née à Bruxelles le 22 septembre 1984, j’ai 26 ans. J’y ai vécu jusqu'à la naissance de mon petit frère. Ensuite, j’ai grandi à Sint-Pieters-Leeuw. Depuis presque un an, je vis à nouveau à Bruxelles avec mon compagnon et mon bébé. A la base, je suis designer industriel. Cela influence incontestablement la façon dont je dessine mes sacs, en accordant une attention particulière à leurs multi-fonctionnalités.

2. Parle-nous de NIYONA... Il y a 4 ans, avant de commencer chez Nathan-Baume, j’avais déjà la profonde envie de créer ma propre marque de maroquinerie. C’est finalement pendant ma grossesse que j’ai commencé à dessiner les modèles de NIYONA. A la naissance de mon enfant, James, j’ai également « accouché » de NIYONA. Devenir maman m’a donné énormément d’énergie. Et c’est grâce à mon compagnon, Jonathan, que ceci a pu prendre forme d’une manière plus cohérente. NIYONA exprime notre façon, à Jonathan et moi, de voir la vie. Etre créatif, être libre, s’épanouir, être soi-même tout en faisant des actes aboutis et qualitatifs.

3. Dans Madame Figaro, le sociologue Jean-Claude Kaufmann explique que "Plus les femmes se sont émancipées, plus leur sac s’est alourdi. Leur rythme de vie s’est accéléré. Elles ont plus de libertés, et aussi plus de pression. Elles courent sans cesse, elles ont mille choses dans leur tête et, du coup, dans leur sac. L’un des objets les plus fréquents, par exemple, c’est l’aspirine. C’est révélateur de la charge mentale que portent les femmes aujourd’hui. Elles se battent pour l’égalité avec les hommes, mais elles le paient d’un poids de l’existence, qui s’incarne dans leur sac. Il les entrave, il les piège. Tandis que les hommes, eux, restent légers, les mains dans les poches...". Qu'en penses-tu? Il est difficile de cacher qu’en tant que femme, nous avons plus de choses en tête que les hommes. Et que ceci se met en forme par un sac rempli… de bêtises. Maintenant, il est évident que l’homme a également des tracas en tête mais qu’il les gère différemment. Par contre, on voit de plus en plus dans les défilés et les magazines des hommes portant sans complexe à leur bras de très grands sacs. Cela exprime certainement qu’à leur tour, ils prennent plus de choses en main. Autour de moi, je connais des hommes qui font le ménage, à manger, qui s’occupent des enfants, etc. L’époque « MadMen » est révolue ! Les femmes doivent dès lors décompresser, mettre les priorités là où il faut et… jeter les aspirines de leurs sacs !

4. Que t'évoques la "fast fashion"? Ces fringues/accessoires identiques partout dans le monde, qu'on achète et qu'on jette aussi vite? Fast Fashion = la Mode. Une mode, c’est saisonnier, ça tient à une tendance à un moment précis. Il ne faut pas nier que la « fast fashion » fait tourner l’économie. Chaque marque dite « de luxe » a une branche un peu plus « fast fashion », souvent dans l’accessoire. Le Web joue un rôle majeur là-dedans. Dans un mois, on va peut-être trouver une veste chez H&M qu’on aura vue à un défilé de la dernière Fashion Week. Si on veut éviter la « fast fashion », les grandes maisons de luxe devraient retourner vers l’exclusivité, faire des défilés privés. Cela voudrait dire qu’elles n’atteindraient pas la presse, ni les blogs, ni le grand public. Christopher Bailey maîtrise parfaitement ces règles de « mass communication ». Maintenant, à notre époque, il est également « facile » pour un consommateur d’être conscient de ses actes et leurs conséquences. C’est dès lors notre responsabilité à chacun de choisir en toute connaissance de cause !

5. Quelles seraient les villes idéales où tu rêverais d'avoir un point de vente? Une ville idéale pour un point de vente NIYONA, c’est une ville où le responsable d’une boutique a eu un coup de cœur pour nos produits. C’est comme cela que nous avons eu notre première boutique en Italie. Cette femme, ayant un œil pour la qualité et connaissant sa clientèle sur le bout des doigts, a eu un coup de foudre pour notre produit. Elle a directement perçu le concept se cachant derrière NIYONA.

Photos: NIYONA.

Niyona3NiyonaNiyona2Niyona_Lewis_small